A propos

Julien Régnier
Hondo 335

Au début...

J'ai commencé l'apprentissage de la guitare vers 9 ans, en autodidacte. Ces premières années ont été influencées par la country, le rock et le blues... Ma première guitare était à cordes nylon, mais mes parents m'ont rapidement offert une guitare électrique Hondo type 335. Cette guitare avait l'avantage d'être symétrique, ce qui est pratique lorsqu'on est gaucher.

Très vite je me suis mis à bricoler cet instrument, retourner les cordes bien sûr, mettre les potards de l'autre côté, changer le sillet... Vers 13 ans j'ai tenté de fabriquer ma première guitare, une réplique de Fender Telecaster, en empruntant définitivement une planche du portail du garage… Pas vraiment un grand succès !

Steve vaï

Les rencontres...

Parallèlement à ces "expériences" de lutherie, je continuais à travailler la guitare assidument, ce qui m'a valu de remporter quelques concours. Ainsi à 18 ans, un concours organisé par Guitarist Magazine m'a permis de partager la scène avec Steve Vaï, et de donner avec lui une semaine de Master Class à quelques 200 stagiaires...

Paul Personne


Peu de temps après, c'est avec Paul Personne, Michaël Jones, Manu Vergeade, etc... que je partageais la scène grâce à Europe 2, et que je rentrais chez moi avec une "Gibson Les Paul" gagnée à l'occasion... un modèle droitier !

Concert

Le métier...

A cette époque, j'ai commencé à gagner ma vie grâce à la musique. En 2002, j'ai autoproduit mon premier album, vendu et distribué à plus de 7000 exemplaires. En alliant compositions et reprises, j'ai ainsi donné un peu plus de 1000 concerts jusqu'à ce jour, et je continue bien sûr !

Lutherie

La lutherie...

N'ayant jamais mis de côté la lutherie, j'ai poursuivi cette recherche incessante de l'instrument parfait, en n'oubliant jamais que le son est avant tout fabriqué par l'instrumentiste. Pour dire vrai, j'ai réalisé pas mal d'expérimentations, copiant même des modèles cultes avec "succès", mais cette voie n'est pas la mienne, d'autres le faisant avec talent.

J'ai préféré, au coeur de mes recherches, m'ateler à optimiser la "guitare" pour son rôle dans la musique actuelle, l'optimiser face aux améliorations récentes des possibilités d'enregistrement, l'ergonomiser, la "moderniser" en quelque sorte, en conservant l'essence des plus grands instruments "vintage".

French Polish

En prolongeant encore ces réflexions, j'ai décidé d'utiliser des produits de finition un peu plus "écologiques". Soit j'applique un vernis à base aqueuse, soit j'opte pour une finition au tampon (gomme-laque ou huile de lin). A l'évidence, il est impossible d'obtenir les mêmes résultats visuels qu'avec des vernis nitro-cellulosique ou polyuréthane, mais ces derniers étant polluants (à cause des solvants), je préfère donc un rendu moins "tape-à-l'oeil", mais plus respectueux de l'environnement...

En résumé, je m'attache de tout mon coeur à ce que la lutherie demeure à échelle humaine : artisanat, patience et minutie étant les maîtres-mots de cet art de vivre. Vous trouverez ainsi sur ce site quelques modèles d'instruments issus de mon expérience...